visites sur cette page

 

 

Année 2016

Entrée

 

Ma plus belle trouvaille du mois

 

 
2005
 
2006
 
2007
 
2008
 
2009
 
2010
 
2011
 
2012
 
2013
 
2014
 
2015
2016
2017
2018
2019
2020

 

 

 

 

 

 But de cette rubrique  Présenter, décrire et détailler un minéral ou un fossile spécial de ma collection.
Mise à jour Mensuelle si possible
Dans la mesure du possible ce sera une pièce nouvellement trouvée...
Cependant, chaque mois qui passe ne livre pas une belle pièce à présenter... Ce serait trop beau ! 
Pourquoi ?
Pas eu le temps de sortir... météo dégueu... malade... ou tout simplement pas trouvé une pièce digne d'être présentée...
Il faut alors parfois présenter une pièce ancienne...mais toujours une pièce originale, trouvée par mes soins (non acquise par échange ...)
Couche La numérotation des couches correspond à ma numérotation (arbitraire) que l'on peut retrouver sur la page des Echelles chronostratigraphiques

 

Janvier 2016
Empreinte de Crinoïde
Couche 4310 - Eifelien - Formation de la Lomme ? - Membre du Fond des Valennes : Schiste gréseux, par endroit micacés avec passées de grès massif psammitique.
Contournement de Couvin, sur la commune de Mariembourg
Récolté en janvier 2016

Empreinte de Crinoïde
Coll. et photo L.V.B.

Un rapide passage par le contournement de Couvin... en week-end cette fois puisque lors de ma dernière visite, après avoir eu l'autorisation par le chef de chantier de prospecter "là où les machines ne travaillent pas", c'est un ingénieur, ou un grand gourou, un lieutenant-colonel ou une grosse légume quelconque qui m'a éjecté car il ne voulait pas "voir un importun déambuler sur ses travaux". 

Problème de sécurité ? Sans aucun doute... et je comprends qu'il ne veuille pas endosser une quelconque responsabilité en cas d'accident.

 
Février 2016
Conularia baini
Couche 4520 - Frasnien supérieur - Formation de Barvaux - Fr3n : Assise de Barvaux composée de schistes violets avec gros fossiles : Spirifer verneuilli.
Talus du chemin de fer, Bois de Biron, Erezée
Récolté en février 2016

Conularia baini
Coll. et photo L.V.B.

Recherche de spirifers dans les talus du Bois de Biron à Erezée.
On y trouve évidemment des Spirifer, mais aussi d'autres brachiopodes comme quelques Schizophoria et quelques Atrypa. Belle surprise, deux coraux solitaires de la famille des Conularia sont découverts.

 
Mars 2016
Spirifer konincki
Couche 4700 - Carbonifère inférieur - Tournaisien.
Carrière Gauthier Wincqz, Soignies
Récolté en mars 2016

Spirifer konincki.
Photo L.V.B.

Depuis plus de 300 ans, cinq générations se sont succédé à la tête des carrières de pierre bleue à Soignies. La tradition se perpétue depuis 1668.

Aujourd’hui, la S.A. Les Carrières de la Pierre Bleue Belge exploite trois des quatre plus importantes carrières de Petit Granit-Pierre Bleue en Belgique ®. Nous restons fidèles à la noblesse de notre pierre. Les réserves de notre exploitation garantissent une sécurité d’approvisionnement en Pierre Bleue Belge à long terme.

Mois de mars, tantôt nuageux, tantôt clair. 

Bon... faudrait savoir...
Quand mars est ensoleillé, mai est pluvieux. 
Oui ? Et ?
Si mars est sec et poussiéreux, mai est mouillé et gadoueux.
Oui, bon d'accord... alors... Pour finir... on sort ou on sort pas ?

 
Avril 2016
Isurus hastalis aujourd'hui appelé Cosmopolitodus hastalis, aussi appelé dans certains livres Isurus xiphodon, Oxyrhina hastalis, mais aussi Oxyrhina xiphodon et carcharodon hastalis : Requin mako géant, Requin mako à grandes dents.
Couche 9900 - Néogène - Pliocène - Plaisancien inférieur - Scaldicien - Sables de Kattendijk
Travaux de creusement des docks du nouveau port d'Anvers, abords du village de Doel.
Récolté en avril 2016

Cosmopolitodus hastalis
Coll. et photo L.V.B.

Notorynchus sp.
Coll. et photo L.V.B.

Après de nombreux reports et annulations, (dus notamment à notre météo belge…) il est temps de retourner vers le site anversois où je passe quelques journées par an à tamiser des sables pliocènes à la recherche, notamment de dents de requin.

Parti dès 06h00 et arrivé sur place à 09h00, un petit exploit vu les encombrements chroniques sur le ring de Bruxelles avec en plus un accident qui a créé un bouchon. Plus de 30 minutes pour parcourir un kilomètre...

Je débarque le matériel de base (tamis et pelle), sans oublier les boissons et le pique-nique.

Evidemment, sur place qui est-ce que je rencontre ? Le loup blanc des lieux, le tamiseur fou, l'écumeur des sables miocènes et pliocènes... je veux bien sûr parler de Philippe Cooreman.

On papote pas mal. C'est vrai qu'on ne s'est plus vus depuis Sainte-Marie-aux-Mines 2015... il y a presqu'un an. Je m'installe et je commence à tamiser avec un tamis de 5mm. Je découvre une jolie dent de dauphin dans mon tout premier tamis, plus des dents de requins de taille moyenne à petite. Les tamis se succèdent à un rythme régulier, je sors plusieurs bulles tympaniques de dauphins, 3 boucles de Raies Raja clavata, une seconde belle dent de dauphin plus imposante, des dents de squales plus grandes mais rien de totalement complet hormis dans les petites espèces. Outre les Lamna nasus, Hypoprion acanthodon, quelques latérales de Cosmopolotodus hastalis, plusieurs Notorhynchus et et des Galeocerdo sub-complètes sont quand même engrangées.

Lamna nasus
Coll. et photo L.V.B.

Arrivent alors Kévin et un de ses amis hollandais qui collectionne les mammifères marins préhistoriques. Comme les dents de dauphin et les bulles tympaniques de dauphins ne sont pas vraiment ma tasse de thé, je les refile à Geert (le Hollandais) qui me remercie en versant dans mon bac toutes les dents de requin qu'il avait trouvées. Echanges-Echanges !!!

Un pique-nique rapidement expédié, et le tamisage reprends de plus belle. 17h00, je m'arrête car il y a le chemin de retour à prendre en compte. Je rassemble le matos, salue mes collègues et je repars à mon aise car je sais que les files sur les rings m'attendent. Je prends mon mal en patience et suivant les conseils de Philippe, je reviens par l’ancienne route et même si les feux me ralentissent, j'avance pas mal. Le ring bruxellois est toujours encombré, mais j'en évite la plus grande part en sortant rapidement et retour par l'ancienne route via Waterloo et Genappe.

Quelques explications de Philippe

"Deux phases de dragage ont eu lieu, fournissant à chaque fois des couches à dents de requins particulièrement riches.
Certaines rumeurs prétendent que la première phase a fourni des sables miocènes, la deuxième des sables pliocènes et le gravier de base.
- Dans les deux cas le sable était vert foncé, presque noir lorsqu’il est mouillé, mais pas autant que les sables d’Anvers miocènes des environs de Borgerhout.
- Dans les deux cas il y avait présence, en pourcentage plus ou moins variable mais important, de galets noirs gréseux et concrétions phosphatées du gravier de base.
- Dans les deux cas de nombreuses coquilles et principalement des Glycymeris accompagnaient les restes de vertébrés, mais ces derniers diffèrent des Glycymeris pilosus du Miocène qui sont nettement plus aplatis.
- Dans les deux cas, des dents d’une grande fraîcheur étaient mélangées avec des dents remaniées, voire très usées.

Etant donné que le Miocène local est remanié et réduit à la portion congrue, c'est-à-dire le gravier de base du Pliocène, il ne peut s’agir que de Pliocène.

En examinant le fonctionnement d’une phase de dragage, il est plausible que la drague ramène en même temps un mélange de plusieurs niveaux des "Sables de Kattendijk", et en particulier le Gravier de Base riche en dents remaniées, le niveau à Pecten praegrandis, et la "Coquina supérieure" qui, elle, contient une foule de coquilles dont les fréquents Glycymeris, mais est surtout réputée pour ses dents fraîches et de toute beauté.

Remarquez au passage le système de désagrégation du sédiment qui explique sans détour le taux important de coquilles, de dents et d’ossements brisés dans l’échantillonnage récupéré.

 
Mai 2016
Calcite
CaCO3 Carbonate de calcium
Couche 4800 Carbonifère - Dinantien - Viséen - Formation de Landelies
Carrière de Landelies

Récolté en mai 2016

Calcite
Coll. et photo L.V.B.

Un petit tour à la carrière de Landelies est toujours une expérience enrichissante. La carrière est de plus en plus grande, il y a toujours un tir ou un reste de tir à explorer et il est bien rare de rentrer bredouille.

La calcite est souvent au rendez-vous. Encore faut-il pouvoir la sortir du bloc sans la briser... car c'est souvent au dernier coup de marteau que le cristal vole en éclats alors que la roche résiste toujours.

On trouve aussi parfois de petites gerbes d'aragonite blanche, très délicate. Inutile de vouloir la récupérer. On est certain de n'en ramasser que des miettes... alors à défaut de l'avoir dans sa collection, une jolie photo suffit.

Aragonite
Photo L.V.B.

 
Juin 2016

Juin est aussi le mois de la grande bourse internationale de Sainte Marie aux Mines.

L'expo prestige 2016 était consacrée aux minéraux, sols et vins :
relation entre les compositions chimiques des sols (siliceux-acides, calcareux-basiques, marneux-calcareux/basique), la sélection des cépages qui les acceptent, et la qualité des vins produits.

Oui...bof...
C'est un thème comme les autres, qui intéresse certaines personnes... (les viticulteurs...)

Mais bon, je l'ai visitée en coup de vent car ce n'a pa été ma tasse de thé, ni mon verre de vin. Rien de transcendant...
D'ailleurs, je n'en ai pas ramené de photos.

Le théâtre est encore le lieux des pièces fantasmagoriques.

Deux superbes tourmalines du Nooristan (selon les étiquettes)... comprenez Nuristan, une province montagneuse de l'Afghanistan...

Les prix sont peu démocratiques... mais vu la qualité des pièces... c'est un peu compréhensible.

Le vendeur accepte 35.000€ pour les 2... réduction de 2.500€ si vous prenez les 2... non négligeable... pour celui qui veut réaliser un bon placement car ici, on ne parle plus de collectionneur...

Dehors, c'est toujours pareil.  Pas de déception, mais pas de grande extase non plus.  Les tonnelles s'enchaînent les unes à la suite des autres présentant des minéraux et des fossiles du monde entier.  Pas réellement de nouveauté cette année... Mais veut-on chaque année voir du nouveau et être époustouflé par de nouvelles trouvailles? 
Je ne suis pas certain que notre bonne vieille Terre puisse chaque année nous offrir une nouvelle découverte de taille qui fasse la Une de la bourse.

Certains aiment les minéraux, d'autres les fossiles.  Il y a de quoi faire.

Je prends toujours beaucoup de plaisir à rendre visite à mes contacts marocains rassemblés sur la plaine près du hall couvert.

On dirait les souks de Marrakech ...

Il y a là une quinzaine de tonnelles occupées par des Marocains qui ont des magasins aux noms différents et qui fleurent bon l'exotisme comme "Fleurs du Maroc", "Trésors du désert", "Minéraux du Rift", "Secrets du Haut-Atlas", "Oued magnifique"... mais à les entendre parler, on se rend vite compte qu'ils sont un peu "tous cousins".

On y trouve de tout : des minéraux, des fossiles (magnifiques !!!), mais aussi des poteries +- antiques, de l'artisanat local... et des faux majestueux comme cette dalle d'ammonites au premier plan qui présente des spécimens de diverses périodes dans une même couche... décoratif sans plus....

Il faut être entraîné pour ne pas se faire pigeonner.  Mais c'est là qu'on trouve parfois des perles rares. 

Chez la majorité des marchands, tout est étiqueté avec un prix clair.  Des réductions sont possibles (10 à 15%) si vous prenez plusieurs pièces.

Ici, à "Marrakech", pas de prix, juste parfois un nom vaguement approchant de l'orthographe usuelle (flourite = fluorite, vanadenit = vanadinite, imatite = hématite, calcit = calcite, mousasor = mosasaure, ammounit = ammonite, troulabit = trilobite...). Donc, mieux vaut avoir déjà circulé sur certaines bourses pour savoir plus ou moins les prix de vente qui se pratiquent habituellement.

Si vous voyez des choses qui vous plaisent, ne montrez pas ostensiblement votre intérêt (ou alors les prix vont sensiblement augmenter...). Pensez aux prix que vous avez déjà vus en bourse, divisez-les par 2 ou même par 3 puis interrogez le vendeur au sujet du prix d'une pièce.  Il vous lance un nombre. (A la tête du client...) (Proposez à des amis de demander chez le même marchand le prix d'une même pièce et vous verrez qu'il n'y a pas deux prix identiques !). Ne tenez aucun compte de ce qu'il vous a annoncé.  Dites votre prix.  Il vous regardera d'un drôle d'air  et refusera, évidemment.  Il opérera une première diminution... mais ce sera toujours et de loin supérieur à ce que vous avez en tête.  Faites un signe "non !" de la tête et de la main et tournez les talons.  Entrez dans la tonnelle suivante et déjà, un "cousin" vous rappelle car votre marchand de départ a réfléchi et il vous propose encore un prix.  Et là, ça commence à s'approcher de votre idée.

C'est le moment de sortir un premier atout. Vous lui lancez : "Oui, et si j'en prends plusieurs ?"... Il va se sentir obligé de faire une nouvelle réduction.  Ici, maintenant, c'est le moment de porter l'estocade, au feeling, à vous de juger, de négocier... Proposez de prendre le carton (soit 10 à 12 pièces... on peut toujours garder les plus belles et échanger les autres) ou indiquez les quelques pièces que vous aviez repéré au départ, écoutez ce qu'il vous propose et si vous êtes intransigeant (parfois même avec déjà la somme que vous désirez payer, en main), cela doit se conclure.

Certains me reconnaissent depuis le temps que j'écume cette bourse.  Il leur est inutile de me proposer un prix car ils sont au courant de ce que je veux bien payer pour ce que je convoite.  Certains sont même au diapason avec moi et quand ils me proposent un prix... c'est déjà celui que j'ai en tête.  Ils ont compris que je ne cherche pas à les gruger, qu'ils gagneront leur vie avec ce que je vais leur acheter mais que je ne suis pas un pigeon qu'on arnaque comme on veut.

En un mot, il ne faut pas se laisser faire mais être néanmoins juste car c'est tout de même leur gagne pain !!!

Un stand a tout de même attiré mon attention : il propose des moulages consacrés aux dinosaures et attire une myriade d'enfants, comme des mouches attirées par le miel.


 
Juillet 2016
Calcite
CaCO3 (Carbonate de Calcium)
Carrière de la Thure
Récolté en juillet 2016

Arrivée du groupe dans la carrière
Photo L.V.B.

Des collègues géologues amateurs de la région Ile de France, viennent en Belgique pour quelques prospections.

Ils sollicitent mon aide pour que je leur dégote quelques sites intéressants.
Après Landelies et les spirifers de Barvaux, je les emmène à la carrière de la Thure, à Bersillies l'Abbaye, près d'Erquelinnes.

Géode de calcite (mais pas de quartz fumé...)
Photo L.V.B.

Le groupe au moment du repas, en face de l'anticlinal de la carrière.
Photo L.V.B.

 
Août 2016
Fossiles végétaux de terril
Couche 5000 - Carbonifère - Houiller (Silésien) - Westphalien
Terril de l'Amercoeur, Flémalle
Récolté en août 2016

Deux Alethopteris :
Au dessus : Alethopteris ambigua et en dessous Alethopteris serlii
Coll. et photo L.V.B.

Retour au terril d'Amercoeur à Flémalle...

L'exploitation des cendres rouges continue.  Des tas de gros cailloux rouges et noirs nous permettent encore de chercher des fossiles.

Pecopteris sp. et Annularia sp.
Coll. et photo L.V.B.

Lonchopteris sp.
Coll. et photo L.V.B.

 
Septembre 2016
Quartz
SiO2
Couche 2007 - Acadien - Lénien - Revinien supérieur - Formation de la Petite Commune
Ancienne carrière de la Grande Commune, Monthermé
Récolté en septembre 2016

Trois jolies pièces sont sorties de ma journée de prospection.

Gerbe de quartz avec oxyde de fer
Remarquons la présence de quartz plats et de quartz tordus, ce qui montre que les tensions tectoniques étaient puissantes au moment de leur formation. La présence d'injections de veines dykes de microgranite à proximité me confortent dans cette analyse.
Coll. et photo L.V.B.

Avant la période de la chasse au sanglier... tout le monde sait ce que je pense de ces personnages qui s'amusent à tirer sur tout ce qui bouge... Je les mets dans le même sac que les torreros, d'ailleurs... mais passons...
Avant la période de chasse, disais-je, je me rends à l'ancienne carrière de la Grande Commune à Monthermé.

C'est vrai qu'il faut parfois retourner une tonne de caillasse avant de trouver un quartz valable, mais c'est toujours prometteur car peu de gens y vont... même pas le club local de Bogny sur Meuse. Je sais, parfois, c'est beaucoup de travail poiur presque rien, mais potentiellement, il peut y avoir de belles choses.

Gerbe de quartz avec quelques quartz biterminés.
Coll. et photo L.V.B.

Bloc de quartzite portant de jolis quartz transparents.
Coll. et photo L.V.B.

 
Octobre 2016

Brachiopodes
Couche 4204 - Emsien - Formation de Hierges - Membre du Bois Chestion
Pondrôme - Viaduc de Thanville
Récolté en octobre 2016.

Deux Orthidés.
Coll. et photo L.V.B.

En janvier 2005... il y a déjà 11 ans... dans les schistes du viaduc de Thanville, j'avais trouvé des Spiriféridés et des Orthidés.

Je m'ennuie un peu au chalet à Hastière, en cette fin de saison estivale et comme cet après-midi il fait beau, je décide d'y retourner pour gratouiller.

Le site a quelque peu changé d'aspect et on voit nettement que des générations de chercheurs sont passées par ici.

Je reviens avec quelques brachiopodes dont deux Orthidés. L'un d'entre eux ressemble comme deux gouttes d'eau à celui que j'ai ramassé il y a 11 ans... à part qu'il est plus gros.

 


Joyeuse fête d'Halloween à tous !!

 
Novembre 2016
Brachiopodes, bivalves et coraux
Couche 4514 - Frasnien moyen - Formation du Moulin Liénaux - Membre de la Boverie
Carrière de la Boverie, Jemelle, Rochefort
Récolté en novembre 2016

Au dessus : Spinatrypa kelusiana occidentalis et moule du genre Modiolus sp.
En dessous : Spinatrypa kenusiana occidentalis et coraux coloniaux du genre Polypora sp.
Coll. et photo L.V.B.

Après de longues tractations et négociation, j'obtiens enfin, à titre individuel et "exceptionnel" et parce que je connais personnellement Mr Emmanuel Hoyez, le "responsable pierres", une autorisation pour prospecter la carrière de La Boverie à Jemelle.

L'autorisation m'est accordée uniquement pour le 11 novembre, jour de congé officiel, mais jour où il y a néanmoins du personnel sur place.

A mon arrivée, ce n'est pas mon contact privilégié qui m'accueille. Il est en congé. Je suis accueilli par une personne dont je ne connais pas le nom mais avec qui j'ai longuement discuté lors d'une journée porte ouverte de la carrière il y a quelques années.

Il est très aimable et me demande si je suis toujours intéressé par les fossiles. Réponse affirmative, évidemment. Il m'indique alors un banc rocheux couleur rouge brique qui tranche nettement avec la couleur grise des roches. C'est un récif de corail fossile.

Je m'y rend et effectivement, je peux récolter des coraux coloniaux, solitaires, des brachiopodes, des bivalves et des crinoïdes.

 


Bonne fête de Sainte Barbe à tous !!

 
Décembre 2016

 

Glycymeris glycymeris
Couche 9900 - Néogène - Pliocène - Plaisancien inférieur - Scaldicien - Sables de Kattendijk
Travaux de creusement des docks du nouveau port d'Anvers, abords du village de Doel.
Récolté en avril 2016.

Glycymeris glycymeris
Coll. et photo L.V.B.

Il fait froid et humide... je ne sors pas.

Je récupère et je range les coquilles que j'ai récoltées en avril.

Je les ai ramenées comme je les ai trouvées, avec le sable. Puis je les ai encollées, c'est-à-dire que je les ai plongées dans un bain constitué de un tiers de colle à bois et deux tiers d'eau. Cela les garde en l'état.

Glycymeris glycymeris et Venus sp.
Photo L.V.B.


Pygocardia rustica
Photo L.V.B.

 

 


Pour me contacter, me faire part de vos idées, me poser vos questions, me laisser vos remarques, cliquez sur l'image ci-dessous...

Retour vers le sommaire